Sign in / Join

Quand une personne décédée ?

Combien de temps avons-nous en France pour organiser des funérailles ou une crémation après un décès ? Y a-t-il un délai légal ou habituel entre le jour du décès et les funérailles ? 3 délais sont effectivement à prendre en compte. Les deux premiers sont réglementaires : le délai pour le transport du corps (48 heures) ; et le nombre maximum de jours pour organiser les funérailles proprement dites (6 jours ouvrables). À cela s'ajoute un retard psychologique, essentiel pour préparer le dernier hommage. D'autant plus que, si les circonstances l'exigent, une dérogation accordée par les autorités permet de prolonger ce délai légal.

1 — La date limite pour le transport du corps du défunt

Plusieurs cas se présentent, selon le lieu ou les circonstances du décès.

Lire également : Comment obtenir la majoration pour la vie autonome ?

La mort a lieu à la maison

En cas de décès à domicile, il sera souvent nécessaire de transporter le corps dans une salle funéraire ou dans une chambre mortuaire. Ce transfert doit avoir lieu dans les 48 heures suivant le le temps inscrit sur le certificat de décès du médecin. Le corps du défunt est ensuite placé dans une housse de protection. Les directeurs de pompes funèbres prennent soin du corps dans un véhicule homologué. Cette période s'applique quelle que soit la distance à parcourir pour le transport jusqu'au lieu choisi.

Consultez également nos réponses à vos autres questions :

Lire également : Quelle est la procédure pour obtenir son acte de naissance à Nantes ?

  • Est-il possible de garder le corps du défunt à la maison ?
  • Quelle est la différence entre une chambre funéraire et une chambre mortuaire ?

Le décès survient dans un hôpital, une clinique ou une maison de retraite

En cas de décès dans un hôpital, une maison de retraite ou une clinique privée ne disposant pas de chambre mortuaire, le transfert du corps sera possible sous conditions d'obtention :

  • l'autorisation du chef de département
  • celle du directeur de l'établissement,
  • en plus du certificat médical de décès
  • et les demandes signées par la famille.

C'est important pour informer rapidement l'établissement de votre souhait de transfert afin que les documents requis puissent être préparés sans délai.

Il existe quelques différences d'utilisation entre la région parisienne et la province :

  • Paris/Ile-de-France , en cas de décès à l'hôpital, le corps du défunt reste très fréquemment dans la chambre mortuaire de l'hôpital. La conservation des vestiges est généralement gratuite pendant une période de 3 jours. Il peut être payé au-delà, auquel cas ce coût figure sur la facture funéraire, sans frais supplémentaires de la part de L'Autre Rive.
  • Province  : En cas de décès à l'hôpital, le corps est généralement transféré dans une chambre funéraire. Le coût de ce transfert figure également sur la facture funéraire de L'Autre Rive, de manière transparente.

Le décès a lieu sur la voie publique ou semble suspect

S'il y a un obstacle médico-légal, s'il s'agit d'un décès suspect, ou si le corps est retrouvé plusieurs jours après le décès, le corps est transféré sur ordre du poste de police local à l'Institut médico-légal (IML). À Paris, ce dernier est situé Quai de la Râpée, 75012 Paris. En province, le corps est transféré dans la chambre mortuaire d'un hôpital. Une autopsie peut être demandée.

Le temps nécessaire pour répondre à l'enquête est très variable : il peut être de l'ordre d'une semaine supplémentaire, voire plus, au cas par cas. Ces enquêtes concernent environ 600 000 décès en France par an, dont plus de 3 000 à Paris. Les funérailles peuvent être organisées dans les 6 jours suivant la signature du « permis d'inhumation » par le procureur de la République. D'après notre expérience, la qualité du soutien du salon funéraire choisi est particulièrement importante dans ce type d'intervention.

Cas de rapatriement d'un corps et de transfert de/vers la France/à l'étranger

Lorsque le décès survient à l'étranger ou à l'étranger, la le délai est fixé à 6 jours au plus après l'entrée de l'organisme sur le territoire français. Les dimanches et jours fériés ne sont pas inclus dans le calcul de ces délais.

Lorsque le corps est transporté hors du territoire métropolitain ou d'un département d'outre-mer, des dérogations sont accordées par le préfet du département où le cercueil est fermé.

Apprenez-en davantage sur le rapatriement du corps d'un défunt.

2 — La date limite légale pour l'organisation des funérailles

Selon le Code général des autorités locales (article R2213-33), le délai entre le décès et l'inhumation ou la crémation est de 1 à 6 jours ouvrables (c'est-à-dire excluant les dimanches et les jours fériés) à compter de la date du décès. Le 1er jour n'est pas pris en compte dans ce délai. Par conséquent, l'inhumation ou la crémation devraient, en théorie, avoir lieu le dernier de ces 6 jours ouvrables. Une clarification est immédiatement nécessaire : si nécessaire, cette période réglementaire peut être prolongée .

Le l'indisponibilité du crématorium choisi, le temps de déplacement des proches pour venir d'autres régions ou de l'étranger, sont parmi les raisons qui nécessitent en effet fréquemment une prolongation de cette période réglementaire. Une dérogation peut donc être demandée (et justifiée) auprès du préfet de police du département. Ce sont généralement les directeurs de pompes funèbres qui s'occupent de cette procédure auprès de la préfecture. Le certificat de report qui leur sera remis sera exigé soit par le cimetière, soit par le crématorium.

En fait, cette demande d'exemption est toujours acceptée . En moyenne, L'autre rive effectue les démarches pour demander une exemption lors de 1 à 2 cérémonies funéraires sur 4. En ce qui concerne le retard du report lui-même, il n'y a pas de véritable règle. Il est accordé sans délai fixe.

Selon la religion, ce délai maximum de 6 jours ouvrables peut également être réduit. Les funérailles juives et musulmanes ont généralement lieu très rapidement, entre 24 et 48 heures. Une demande d'exemption peut également être soumise pour organiser les funérailles en moins de 24 heures.

Notez qu'il n'y a aucune date limite ou obligation concernant l'installation d'une pierre tombale . À L'autre rive, nous vous recommandons de prendre le temps de réfléchir, de choisir et de faire poser une pierre tombale correspondant à la personne décédée.

Dans le cas d'une crémation, la période de crémation après le décès suit cette même imposition de 6 jours ouvrables . Le temps de récupération des urnes varie selon les crématoires. Le retrait peut être presque immédiat. Et, lorsque cela n'est pas possible, les cendres du défunt sont conservées gratuitement dans le crématorium pendant une période allant de 1 à 3 mois. Au-delà de cela, leur conservation porte ses fruits. En l'absence de retrait après un an, les cendres sont dispersées.

Quel jour devriez-vous organiser l'inhumation ou la crémation ?

Selon la loi française, les sépultures ou les crémations sont possibles les jours ouvrables, du lundi au samedi après-midi. Pour qu'une cérémonie ait lieu un dimanche ou un jour férié, la préfecture doit accorder une dérogation .

Pour mieux comprendre les étapes de la mort à l'hommage, découvrez notre infographie qui résume, en images, les étapes clés.

3 — Le retard psychologique

D'après notre expérience, la gestion du deuil et l'organisation des funérailles nécessitent un réel temps de préparation. Si cette organisation en moins de 6 jours est techniquement possible, ce délai s'avère souvent psychologiquement trop court. Il faut souvent du temps aux proches pour se préparer à la cérémonie. Nous observons qu'une organisation menée à la hâte pour respecter le délai légal n'est souvent pas souhaitable . La journée de la bière est en effet très concrète, voire brutale.

À L'Autre Rive, nous souhaitons accompagner les familles sur la voie de la disparition de leur un être cher. Nous vous conseillerons à cet égard de personnaliser l'hommage, afin que cet adieu soit un premier pas sur le chemin du deuil .

infographie qui résume, en images, les étapes clés.

3 — Le retard psychologique

D'après notre expérience, la gestion du deuil et l'organisation des funérailles nécessitent un réel temps de préparation. Si cette organisation en moins de 6 jours est techniquement possible, ce délai s'avère souvent psychologiquement trop court. Il faut souvent du temps aux proches pour se préparer à la cérémonie. Nous observons qu'une organisation menée à la hâte pour respecter le délai légal n'est souvent pas souhaitable . La journée de la bière est en effet très concrète, voire brutale.

À L'Autre Rive, nous souhaitons accompagner les familles sur la voie de la disparition de leur proche. Nous vous conseillerons à cet égard de personnaliser l'hommage, afin que cet adieu soit un premier pas sur le chemin