Sign in / Join

Quelle alimentation pour les malades de Parkinson ?

Une collaboration unique entre la Vlaamse Parkinson Liga, l'ILVO (Institut flamand de recherche pour l'agriculture, l'horticulture et la pêche) et l'industrie alimentaire a donné lieu à un guide culinaire destiné aux patients atteints de la maladie de Parkinson et aux personnes souffrant de troubles olfactifs et gustatifs, ainsi que de problèmes de mastication et d'alimentation.

L'atelier de cuisine « Parki's Kookatelier » est un projet culinaire et scientifique qui permet un dialogue entre patients, médecins, universitaires et nutritionnistes. L'objectif de ce guide culinaire est de permettre aux patients atteints de la maladie de Parkinson et aux personnes souffrant de troubles olfactifs et gustatifs, ainsi que de problèmes de mastication et de déglutition, de bénéficier de repas savoureux et nutritifs.

A lire également : Que faut-il savoir sur les maladies professionnelles reconnues en France ?

Dysphagie, perte olfactive et gustative et maladie de Parkinson

La maladie 50 à 80% des patients atteints de la maladie de Parkinson présentent une perte du goût et de l'odorat, ainsi que des dysphagies ou des troubles de la déglutition nourriture se retrouve dans la trachée plutôt que dans l'œsophage, et le patient avale de travers. À long terme, cela peut mettre la vie en danger et entraîner une malnutrition ou une déshydratation.

En conséquence, les aliments sont souvent réduits en purée ou humidifiés pour les rendre liquides. Mais tous les aliments conviennent-ils à cela ? Et comment un repas peut-il rester savoureux et contenir tous les nutriments nécessaires ?

Lire également : Quelle différence entre l'ergothérapeute et le psychomotricien ?

Connaissances scientifiques

Cette cuisine fonctionnelle nécessite des recherches et des connaissances scientifiques. À cette fin, l'atelier de cuisine « Parki's kookatelier » est assisté par l'institut de recherche ILVO.

Outre une exploration technologique, telle que des techniques innovantes de séchage et de pressage, ILVO a également étudié des composants alimentaires, tels que des allergènes ou une teneur trop élevée en matières grasses, en sucre et en sel, mais également des antioxydants, des vitamines et autres des micronutriments qui manquent souvent.