Sign in / Join

Quelle aide pour handicapé adulte ?

Si vous souhaitez réaliser des travaux d'accessibilité et d'adaptation du logement pour une personne à mobilité réduite, il existe des dispositifs pour vous aider financièrement. Plusieurs aides proposées par différentes entités sont disponibles sous certaines conditions d'éligibilité.

Quelles sont les aides pour adapter le logement au handicap ?

Que vous soyez propriétaire ou locataire, plusieurs aides financières sont désormais disponibles pour vous aider à supporter les frais d'adaptation d'un logement aux personnes à mobilité réduite (PMR). Cependant, vous devez savoir que la plupart de ces aides sont accordées sous réserve d'éligibilité et de ressources.

A découvrir également : Comment faire pour garder une personne âgée chez soi ?

Vous pouvez également contacter le Departmental House for the Disabled (MDPH) le plus proche de chez vous pour bénéficier d'un soutien personnalisé et définir vos besoins et les aménagements nécessaires pour la personne handicapée.

Les 7 aides pour adapter votre logement au handicap sont donc :

A voir aussi : Comment prouver un recel successoral Belgique ?

  • L'allocation pour adultes handicapés (AAH) ;
  • Les ressources supplémentaires ; Le
  • supplément

  • pour la vie autonome (MVA) ;
  • La prestation d'indemnisation en cas d'invalidité (PCH) ;
  • L'assistance offerte par l'Agence nationale du logement (Anah) ;
  • L'assistance d'Action Logement

     

  • ;
  • Le crédit d'impôt.

L'allocation pour adultes handicapés (AAH)

L'allocation pour adultes handicapés (AAH) est une aide accordée par la Commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH) et fournit des ressources supplémentaires sous réserve du respect des critères d'éligibilité. Son montant varie en fonction de votre situation mais est d'un maximum de 902,70 €/mois.

Ainsi, vous pouvez allouer une partie ou la totalité de cette somme pour effectuer des ajustements ou des adaptations de votre hébergement en PMR selon vos besoins et vos envies, comme vous le souhaitez.

Les conditions d'octroi de l'AAH

L'AAH est attribué sous réserve du respect de certains critères. Le premier concerne le taux d'incapacité, qui devrait en principe être d'au moins 80 %. Toutefois, si vous avez un taux d'invalidité compris entre 50 et 79 %, vous pouvez également bénéficier de l'AAH à condition que vous subissiez une restriction substantielle (aménagement impossible du lieu de travail) et durable (durée d'au moins 1 an) d'accès au travail, reconnue par la CDAPH.

En revanche, il est nécessaire de résider en France pendant au moins 3 mois (sauf en cas d'activité professionnelle). En revanche, vous devez être âgé d'au moins 20 ans ou d'au moins 16 ans si vous êtes un mineur émancipé.

Enfin, pour obtenir l'AAH, vos ressources ainsi que celles de la personne avec qui vous vivez, ne doivent pas dépasser certains plafonds qui sont revus chaque année. Notez que les ressources prises en compte sont les revenus N-2, c'est-à-dire que si vous postulez en 2021, les ressources prises en compte sont celles de 2019.

Quelles aides peuvent être associées à l'AAH ?

De plus, il faut savoir que l'AAH peut être cumulé chaque mois avec :

  • L'augmentation pour vie autonome (MVA) ;
  • Les ressources supplémentaires ;
  • Autres allocations (RSA, pension d'invalidité...)
  • ;

  • L'allocation spécifique de solidarité (SSA) uniquement si vous avez reçu ces 2 aides avant le 31 décembre 2016 et ce pour une période maximale de 10 ans.

Le complément de ressources

Tout d'abord, vous devez savoir que le complément a été supprimé depuis le 1er décembre 2019. Toutefois, si vous étiez bénéficiaire auparavant, vous continuez à percevoir pendant 10 ans, sous réserve de toujours remplir les conditions d'éligibilité. Ces ressources supplémentaires, d'un montant de 179,31€, sont ajoutées à l'AAH pour ce que l'on appelle la « garantie des ressources ».

Comme l'AAH, vous avez donc la possibilité d'utiliser tout ou partie de cette aide pour financer des travaux d'adaptation de votre logement au handicap.

Les conditions d'allocation des ressources supplémentaires

Même s'il n'est plus accordé à de nouvelles personnes aujourd'hui, les anciennes conditions d'octroi du supplément les ressources étaient :

  • Un taux d'invalidité d'au moins 80 % ou une capacité de travail inférieure à 5 % en raison d'un handicap ;
  • être éligible à l'AAH dans sa totalité, en tant que complément à une pension de retraite, d'invalidité ou d'accident du travail ;
  • n'avoir pas reçu de revenu professionnel pendant 1 an au moment de déposer le application ;
  • Vivre dans un logement indépendant ou être hébergé par un particulier.

Toutefois, vous ne pouvez plus bénéficier de ressources supplémentaires si vous travaillez ou si vous avez atteint l'âge légal de la retraite.

L'augmentation pour la vie autonome (MVA)

L'augmentation pour la vie autonome (MVA) permet également de répondre aux besoins d'une PMR et notamment l'adaptation d'une maison au handicap. Il est accordé directement par le Fonds d'allocations familiales (CAF) ou le Fonds de mutualité sociale agricole (MSA). Son montant est actuellement fixé à 104,77 €/mois et agit également en complément de l'AAH.

Le conditions d'attribution du MVA

Les conditions d'éligibilité du MVA sont les suivantes :

  • Être bénéficiaire de l'AAH dans sa totalité ou en complément d'une retraite, d'une pension d'invalidité ou d'une rente d'accident du travail, ou bénéficiaire de l'allocation complémentaire d'invalidité (ASI) ;
  • Un taux d'invalidité d'au moins 80% ;
  • Vivre dans un logement indépendant ou être logé par un particulier ;
  • Être bénéficiaire d'une aide au logement ;
  • Ne pas avoir de revenus du travail.

Indemnisation d'invalidité (PCH)

L'indemnité d'invalidité (PCH) est versée par les autorités locales et permet de financer des travaux d'adaptation du logement à la perte d'autonomie. Il est personnalisé en fonction des besoins des candidats tant pour votre domicile que pour la personne qui vous accueille s'il s'agit d'un ascendant ou d'un descendant.

Ce soutien sera de 100 % dans la limite de 10 000€ par période de 10 ans pour les travaux jusqu'à 1500€ ou de 50 % jusqu'à concurrence du limite de 10 000€ par période de 10 ans pour les travaux supérieurs à 1500€, en cas de couverture tarifaire complète. Ce soutien passe à 80 % dans la limite de 10 000€ par période de 10 ans pour les travaux jusqu'à 1 500€ ou à 50 % dans la limite de 10 000€ par période de 10 ans pour les travaux de plus de 1 500€, en cas de couverture partielle.

Conditions d'attribution du PCH

Comme les autres aides, vous devez remplir certaines conditions pour obtenir le PCH :

  • Avoir une difficulté absolue à effectuer une activité quotidienne importante ;
  • avoir de graves difficultés à effectuer au moins deux activités quotidiennes importantes ;
  • avoir

  • moins de 60 ans (ou votre enfant doit avoir moins de 20 ans et recevoir l'allocation scolaire de l'enfant handicapé) ;
  • Ressources inconditionnelles ;
  • Résider en France pendant au moins 3 mois.

L'aide proposée par l'Agence nationale du logement (Anah)

L'Agence nationale du logement (Anah) offre une aide financière dans le cadre de son programme « Easy Living » pour adapter votre logement au handicap. L'entité peut alors financer jusqu'à la moitié des travaux et vous offrir un soutien dédié de A à Z.

Son montant varie et peut prendre en charge :

  • 50 % du montant total du travail hors taxes, dans la limite de 10 000€, si vous êtes dans la catégorie « ressources très modestes » ;
  • 35 % du montant total du travail libre d'impôt, jusqu'à concurrence de 7 000€, si vous êtes dans la catégorie « ressources modestes ».
  • Une prime supplémentaire peut être accordée si la consommation d'énergie du logement après le travail a diminué d'au moins 25 %.

Conditions d'éligibilité pour l'aide de l'Anah

Les conditions générales à remplir pour bénéficier de l'aide de l'Anah :

  • Ne pas dépasser les conditions des ressources ; Avoir
  • un logement de plus de 15 ans à la date de la demande ;
  • Ne pas avoir bénéficié d'un prêt à taux zéro au cours des 5 dernières années ;
  • Les travaux ne doivent pas concerner la décoration et doit avoir un montant minimum de 1500€.

L'aide d'Action Logement

Action Logement propose un prêt à la construction à faible taux d'intérêt, remboursable sur une période maximale de 10 ans, pour l'accessibilité et l'adaptation du logement au handicap. En particulier, il est possible d'élargir la porte d'entrée, d'installer une rampe d'accès, de supprimer les marches, de modifier et d'aménager les salles de bains...

Conditions d'éligibilité au prêt de travaux d'Action Logement

Vous pouvez bénéficier du prêt de travaux d'Action Logement si vous :

  • Sont le propriétaire-occupant du logement en tant que résidence principale d'une personne en situation de handicap ;
  • Sont un employé d'une entreprise privée non agricole d'au moins 10 employés ;
  • Envoyer à l'avance une copie de la carte d'invalidité ou d'invalidité de la personne occupant le logement.

Cette aide peut également être combinée avec les 5000€ de subventions gratuites supplémentaires si vous avez un niveau de perte d'autonomie (RGI 1, 2, 3 ou 4) pour installer une douche à l'italienne, un lavabo adapté ou des toilettes PMR.

Un projet de rénovation ?

Voir l'offre Le crédit d'impôt

Enfin, le crédit d'impôt sur le revenu peut vous être accordé si vous engagez des dépenses d'équipement pour un PMR dans votre maison sous réserve de conditions d'éligibilité. Le taux de ce crédit d'impôt est de 25 % du montant des dépenses avec un plafond de 5000€ pour une personne seule et de 10 000€ pour un couple à imposition commune. Une augmentation peut être accordée d'un montant de 400€ par personne à charge (200€ dans le cas d'un enfant en garde alternée).

Les conditions d'éligibilité au crédit d'impôt

Pour accéder au crédit d'impôt, vous devez notamment effectuer des travaux visant à améliorer l'accès d'une personne handicapée ou effectuer des travaux d'adaptation d'un logement en perte d'autonomie ou en situation de handicap sous certaines conditions.

Pour les travaux d'accessibilité du logement, l'équipement peut être installé gratuitement par un propriétaire, un locataire ou un occupant. Les travaux doivent être facturés avant le 31 décembre 2023.

Pour les travaux d'adaptation du logement, l'équipement peut être installé gratuitement par un propriétaire, un locataire ou un occupant. De même, les travaux doivent également être facturés avant le 31 décembre 2023. Le demandeur doit remplir les conditions suivantes :

  • Une pension d'invalidité d'au moins 40 % ;
  • une carte d'inclusion de mobilité ;
  • une perte d'autonomie donnant accès à l'allocation d'autonomie personnalisée (APA).