Sign in / Join

C'est quoi le pasa ?

Signé par les Mavs cet été, Frank Ntilikina profite de cette nouvelle chance de faire ses preuves en NBA. Après plusieurs saisons délicates avec les Knicks, le Frenchy a peut-être trouvé l'équipe dont il avait besoin pour décoller.

On dit parfois que l'herbe n'est pas plus verte ailleurs mais, pour Frank Ntilikina, cette expression ne s'applique pas. Relégué au bout du banc à New York, le leader a dû se contenter des miettes que Tom Thibodeau voulait lui offrir. Dans ces conditions, un départ a pris l'air de la délivrance et nous étions presque heureux de voir les Knicks renoncer à leurs droits sur lui cet été. Fini la pression de la Grosse Pomme, l'entraîneur change chaque année et le temps de jeu fluctuant, nous avions besoin d'un nouveau projet dans lequel Frank pourrait se sentir à l'aise et s'épanouir. C'est finalement Dallas qui est venu frapper à la porte et il y avait de bons arguments pour que notre Frenchy se joigne à nous. Dans un interview de Tim Cato de The Athletic, Frank Ntilikina raconte les coulisses de son arrivée chez les Mavs.

A lire également : Est-ce que la maladie de Parkinson est mortelle ?

« Tout d'abord, les Jeux olympiques et la Free Agency sont passés, puis Dallas a voulu me faire participer et poursuivre le processus de développement. De plus, il y avait des visages familiers dans l'équipe. Le plus important était de me comparer à l'année dernière... C'est l'occasion de prendre un nouveau départ et je pense que c'était la bonne décision à prendre. »

On résume : un nouvel entraîneur bien référencé pour un leader (bonjour Jason Kidd), quelques amis de l'équipe (il partageait le vestiaire avec Kristaps Porzingis, Tim Hardaway Jr., Reggie Bullock et Trey Burke aux Knicks) mais aussi la possibilité de poursuivre son apprentissage dans un environnement probablement moins oppressant que ce qu'il a vécu à la Grosse Pomme. Il était arrivé en pleine lumière à Gotham et son temps de jeu diminuait progressivement. À Dallas, le le contraire se produit. Signé avec un contrat non garanti, Frank ne fait que gravir les échelons. Après un départ limité, il a commencé à gagner la confiance de son staff et les minutes ont suivi. Jason Kidd a même déclaré dimanche à la presse qu'il « devait le jouer », signe que le travail commence à payer. Lors des trois derniers matchs, Ntilikina a joué entre 18 et 20 minutes, et on peut même parler d'un premier match de référence contre les Kings : 12 points, 3 rebonds, 2 passes décisives, zéro balle perdue en 4/6 au tir et 2/2 depuis le parking . Une rencontre qui lui a permis de se montrer mais aussi d'assister au tournage monstrueux de Luka Doncic, un phénomène avec lequel il peut désormais côtoyer à chaque entraînement.

A lire en complément : Que faut-il savoir sur les maladies professionnelles reconnues en France ?

« Il a essayé des tirs à très longue distance, ça rend le match cool. Mais vous voyez, il tente tous les tirs à l'entraînement et les fait alors vous vous demandez : « Comment fait-il pour bien faire dans le match ? Mais en fait, il s'entraîne, joue avec le ballon et essaie eux. Quand il a bien compris, c'est juste incroyable. Et c'était un coup important pour nous dimanche. Non seulement parce que c'était le logo mais aussi à cause du moment. C'était un moment important lorsque les Kings sont revenus et c'est un tir important qui a mis fin au match. C'est un joueur talentueux. Il faut beaucoup de confiance pour prendre ces photos. »

Et maintenant, quels objectifs devons-nous nous fixer pour notre Franky national ? On ne va pas parler de statistiques mais, s'il peut garder cette place autour de 18-20 minutes et devenir un bon contributeur au banc, on pourrait peut-être parler d'une des grandes histoires de la saison. Solide en défense, il doit maintenant prendre confiance en attaque. Hier soir contre Miami, l'adresse l'a fui (2/7 fusillade, 0/5 du parking) et c'est probablement sa première ligne de travail pour garder son rôle avec les Mavs. La bonne nouvelle, c'est que le joueur y travaille et on apprend qu'il a un peu changé sa mécanique de tir. pendant l'intersaison .

« Ce n'est pas un grand changement. Ce n'est que des répétitions et de petits ajustements car, lorsque vous jouez 82 parties, votre corps se fatigue. Vous essayez d'être cohérent avec ce que vous faites et, bien sûr, vous essayez de garder à l'esprit que ce ne sera pas parfait. Personne n'est parfait. Vous n'allez pas tirer à 100 % sur le terrain, mais vous essayez de vous rapprocher du meilleur que vous pouvez obtenir. C'était de petits ajustements dans ma posture et la finition de mon geste avant la prise de vue. Après cela, ce n'était qu'une répétition et c'est ce qui m'a permis de me sentir plus en confiance. »

Espérons maintenant que ce bon début de saison sera confirmé, d'autant plus que le joueur n'a aucune garantie quant à son avenir (il n'est sous contrat que pour cette saison). Les premiers signaux sont prometteurs mais on ne s'excite pas trop, les vérités d'un jour ne sont pas toujours celles du lendemain. S'il continue à donner Jason Kidd maux de tête, c'est parce qu'il sera probablement dans la bonne direction.

Frank Ntilikina a pris un nouveau départ cet été à Dallas et les premières impressions sont excellentes. Un entraîneur qui lui donne sa confiance, Luka Doncic, des responsabilités, nous n'aurions pas pu demander mieux pour notre vice-champion olympique. Vivement le reste !

Source du texte : TheAthletic